AS Roma : fin de carrière pour Francesco Totti !

Dans un entretien accordé au site du club, Francesco Totti a annoncé officiellement sa retraite. Sa 25e saison aura été la dernière d’une incroyable carrière. Le roi d’une ville, l’homme d’un unique maillot, un modèle de fidélité : Francesco Totti raccroche les crampons à 40 ans. Retour sur un parcours qui détonne à l’époque du football business.

Nous sommes à Brescia, le 28 mars 1993. Vujadin Boskov, alors entraîneur de l’AS Roma, lance un petit jeune âgé de seulement seize ans et demi, un certain Francesco Totti. Ce jour-là personne ne peut alors imaginer que ce « ragazzo » deviendra la plus grande légende du club de la ville éternelle, et qu’il sera encore sur les pelouses, brassard de capitaine au bras gauche, 24 ans plus tard. Ce jour-là, Marco Verratti, âgé de cinq mois ne s’en souvient certainement pas. Ce jour-là, Andrea Belotti, l’un des héritiers de Totti à la pointe de l’attaque de la Squadra Azzurra, est encore dans le ventre de sa mère.

Un an et demi plus tard, il inscrit son premier but au Stadio Olimpico, son jardin pour la vie. Dans sa carrière « Il Capitano » en inscrira 307, en 783 rencontres ; des chiffres qui en font le meilleur buteur et le joueur le plus capé de l’histoire des Giallorossi. Passeur aux pieds d’or, comme la couleur des chaussures collectors crées spécialement pour lui, il aura délivré 197 caviars à ses partenaires. Des performances qui lui auront permis de devenir, entre autres, Capocannoniere en 2007 (26 buts), meilleur joueur de Serie A en 2000 et 2003 et meilleur joueur italien de l’année à cinq reprises.

Un rôle dans la direction du club

Son palmarès en club n’est pas le plus glorieux de l’histoire, la Roma étant connue en Italie pour être plus souvent habituée à la seconde marche du podium plutôt qu’à la première. Un seul blason et un seul titre de champion d’Italie, en 2001. Huit fois vice-champion de Serie A et vainqueur de le Supercoupe et de la Coupe d’Italie à deux reprises, l’armoire à trophées peut paraître assez vide à côté de celle d’un Paolo Maldini, autre homme d’un seul club, qui a notamment glané 7 Scudetti et 5 Ligues des Champions en 25 années passées à l’AC Milan.

Mais l’idole du club de la Louve possède quelque chose que son aîné n’aura jamais réussi à remporter : une Coupe du Monde. Alors que sa participation pour le mondial allemand en 2006 était compromise à cause d’une grave blessure obtenue quatre mois avant le début de la compétition, il aura un rôle majeur dans la victoire finale de la Nazionale. Toujours avec son numéro 10 dans le dos, il marque notamment le penalty victorieux contre l’Australie en 8e de finale et finit meilleur passeur de la compétition avec 4 passes décisives (à égalité avec Luis Figo). Il finira dans l’équipe type de la Coupe du monde 2006, son unique trophée international, mais pas des moindres.

S’il était suivi par un club japonais jusqu’à peu, la légende de la Louve a confirmé qu’il allait raccrocher les crampons. Il va désormais occuper un rôle au sein de la direction du club de la capitale italienne. Les chemins de Totti et de l’AS Roma ne vont donc pas se séparer de sitôt, et la belle histoire d’amour entre les deux parties va maintenant se poursuivre dans les bureaux.