Le Real Madrid écrase l’Atlético (3-0) en demi-finale aller, triplé de Ronaldo

LIGUE DES CHAMPIONS – Cristiano Ronaldo a encore frappé. Le Portugais, auteur d’un triplé (10e, 73e, 86e), a permis au Real Madrid de dominer largement l’Atlético en demi-finale aller de la C1 (3-0), mardi soir à Santiago-Bernabeu. Les hommes de Zinedine Zidane sont en ballottage très favorable pour rallier la finale lors du match retour prévu le 10 mai au stade Vicente-Calderon.

Cet homme n’est pas comme les autres. Tout a été dit sur lui. Mais ce mardi, Cristiano Ronaldo a écrit un nouveau chapitre de sa légende. Comme en quart de finale face au Bayern, le Real Madrid s’en est remis à son quadruple Ballon d’Or pour venir à bout de son voisin, l’Atlético, en demi-finale aller de la Ligue des champions (3-0). Grâce à un triplé de son incontournable Portugais, les Merengue ont déjà un pied et quatre orteils en finale et il n’y a rien à en redire. Les Colchoneros ont étalé trop de failles dans l’engagement et dans leur expression offensive pour faire trembler le tenant du titre.

Ronaldo n’a eu que des miettes à se mettre sous la dent, il en a fait un gargantuesque festin. D’abord sur un centre de Casimero où il a fait parler son sens du timing (10e). Puis sur une passe de Benzema suivi d’un contre favorable et d’une frappe du droit limpide (73e). Enfin à la conclusion d’une action collective d’école qu’il a initiée (87e). Trois buts, ses 101e, 102e et 103e en Ligue des champions, excusez du peu, qui ouvrent un boulevard à son club. Après ses deux finales remportées sur le fil face à l’Atlético (2014 et 2016), le Real a, cette fois, largement dominé les débats notamment lors d’une première demi-heure à sens unique.

Après 25 minutes de jeu, le Real avait déjà frappé 10 fois au but. L’Atlético n’a tenté qu’une fois sa chance sur un ballon déposé de Griezmann pour Godin (32e). Hormis cette incursion et un jaillissement parfait de Navas dans les pieds de Gameiro (10e), les hommes de Diego Simeone se sont montrés d’une rare docilité. La charnière Varane-Ramos a très rapidement pris le dessus et le milieu du Real a marqué son territoire avec une facilité déconcertante.

Le Real en route vers la finale

Il a d’abord fallu un Oblak inspiré pour retarder l’échéance et sauver les meubles devant Varane (16e) et Benzema (20e). La menace s’est précisée quand la frappe de Modric (24e) et le retourné acrobatique de Benzema (29e) ont fui de quelques centimètres le cadre. Et c’est quand le match tombait dans un faux-rythme, quand les deux équipes donnaient l’impression de se contenter d’un score qui faisait leurs affaires (1-0) que Ronaldo a surgi.

Au cœur d’une seconde période sans histoire, avec un Real gestionnaire et un Atlético confronté à ses limites, sa frappe tendue a réveillé les Merengue (2-0, 73e). La fin de match ne fut qu’un long calvaire pour la bande à Griezmann ponctué par un troisième but en forme de coup de massue fatal (87e). Pour avoir oublié ses valeurs de combat et sombré dans une inhabituelle passivité, l’Atlético a déjà largement hypothéqué ses chances de voir Cardiff. Son rêve risque encore de s’évanouir cette saison. Celui du Real, en revanche, est plus vivace que jamais.