Brésil-Argentine 3-0, Neymar et le Brésil corrigent une Argentine faiblarde

Le choc sud-américain des éliminatoires du Mondial a tourné largement à l’avantage du Brésil. Les Auriverde ont littéralement étrillé leur rival historique (3-0).

Ce n’est pas la plus large victoire de l’histoire du Brésil face à son voisin honni, mais elle va tout de même rester dans les annales. Car, au-delà du score, c’est la manière qui a marqué les esprits. Devant leur public, les Auriverde, dans le sillage d’un duo Neymar-Coutinho irrésistible, ont livré une partition parfaite face à des opposants complètement dépassés par l’évènement. Attendu pour inspirer les siens, Lionel Messi a connu une soirée pénible puisqu’incapable de faire la moindre différence. Au final, l’addition a été des plus lourdes.

À aucun moment de cette rencontre, les Albiceleste n’ont semblé en mesure d’inquiéter leurs rivaux. Malgré un onze compétitif sur le papier, ils ont souffert de la comparaison, tant au niveau technique que de l’engagement. Leurs offensives n’étaient jamais tranchantes et il n’y a pratiquement pas eu d’occasion de but, si ce n’est sur des phases arrêtées (coup franc de Messi 70e). A contrario, les hôtes n’ont pas eu de soucis pour se montrer menaçants. D’entrée, ils ont annoncé la couleur avec des attaques répétitives et cette attitude conquérante a porté ses fruits à la 24e minute quand Philippe Coutinho d’une belle frappe à mi-hauteur à l’entrée de la surface trompait Romero.

Des Argentins complètement à la ramasse

Sans victoire dans ses qualifications depuis quatre matches, l’Argentine était attendue pour réagir après s’être retrouvée dos au mur. Les vice-champions du monde n’ont esquissé qu’un timide sursaut, qui a abouti sur une semi-occasion pour Higuain juste avant la mi-temps (43e). Un tournant puisque sur l’une des actions qui ont suivi, les Brésiliens assuraient le break. Sur une attaque rapide, le jeune Gabriel Jesus attirait l’attention de trois défenseurs pour ensuite servir Neymar d’une superbe passe dans l’intervalle. La star barcelonaise, libre de tout marquage, pouvait alors ajuster tranquillement le portier adverse.

Quarante-cinq minutes restaient encore à jouer, mais il n’y avait plus doute quant à l’issue du match. A la reprise, l’Argentine a continué à proposer un visage médiocre que les entrées d’Aguero et de Correa n’ont en rien fait évoluer. Les visiteurs ont pris un troisième but à la 59e de la part de Paulinho. L’ancien joueur de Tottenham reprenait tranquillement un centre en retrait de Renato Augusto au point de pénalty. Il trouvait la faille et se faisait pardonner pour un face à face manqué quelques minutes auparavant contre Romero. Ça faisait 3-0 et le score aurait pu être encore plus lourd si le Brésil avait continué à appuyer là où ça faisait mal. Pour cela, il aurait fallu que Neymar reste appliqué plutôt que de céder à des dribbles superflus, ou qu’un Roberto Firmino ne loupe une occasion toute faite à cinq minutes de la fin. Mais, la fête n’en était pas moins belle. Une fête à laquelle a pu brièvement participer le Parisien Thiago Silva.