Comment Antonio Conte a refait de Chelsea une machine à gagner

Impressionnant depuis 5 rencontres, le Chelsea d’Antonio Conte écrase tout sur son passage. Les changements tactiques apportés fonctionnent à merveille et les joueurs se régalent.

C’est un casting exceptionnel auquel a droit la Premier League cette saison sur les bancs de touche. José Mourinho, Pep Guardiola, Jürgen Klopp, Arsène Wenger, Antonio Conte, Claudio Ranieri, Mauricio Pochettino ou encore Claude Puel, Walter Mazzarri, Ronald Koeman… Les noms les plus prestigieux sont là, tout comme les entraîneurs avec des idées tranchées. Et cela se transpose bien sur les terrains du Royaume,où chaque journée laisse apparaître les dernières trouvailles ou modifications des techniciens. Et à ce petit jeu, le gagnant du moment se nomme bien Antonio Conte. Alors qu’il avait semblé être le premier à décrocher de l’immense bataille (nul à la 4e journée puis défaite à la 5e, battu par Liverpool et Arsenal), l’entraîneur italien a entamé une série impressionnante depuis le mois d’octobre (5 victoires consécutives), qui l’a replacé à la 2e place du championnat.

Le déclencheur ? La lourde défaite à Arsenal, sur le score de 3-0. C’est ce jour-là que Conte s’est décidé à changer de système de jeu. « J’étais inquiet, car nous avons concédé beaucoup de buts à chaque match et concédé aussi beaucoup d’occasions. J’ai changé les choses à cause de cela », a-t-il raconté, relayé par le Daily Telegraph. « Je voulais commencer la saison avec un 4-2-4 parce que nous possédons des ailiers très forts et que j’aime bien jouer avec deux buteurs très proches. Durant la présaison, il avait le 4-2-4 et le 3-4-3 et l’équipe pouvait évoluer avec ces deux systèmes. J’ai donc changé pour le 3-4-3 pour trouver plus d’équilibre aussi bien défensivement qu’offensivement. »

Ce 3-4-3 fait désormais sensation en Angleterre, à tel point que l’on demande désormais à chaque entraîneur qui joue à 3 derrière s’il a été inspiré par Conte. C’est arrivé à Pochettino après le nul entre Arsenal et Tottenham. Adepte de ce schéma depuis longtemps, le tacticien italien n’a pas forcément voulu l’imposer à ses débuts en Premier League, championnat qu’il découvre. Mais les déséquilibres constatés dans son 4-2-4 l’ont vite poussé à retrouver ses repères en 3-4-3. Au-delà du schéma, il a réussi à trouver les hommes correspondants. Et il fallait être culotté pour installer Victor Moses, l’éternel prêté de Chelsea, au poste de piston droit. Ou encore sortir les légendaires Terry et Ivanovic, pas forcément au niveau ces dernières saisons, pour promouvoir Azpilicueta dans la défense à trois ou donner sa confiance à David Luiz, souvent égratigné en Angleterre. Preuve que cela fonctionne : Courtois vient d’enchaîner 5 rencontres sans prendre de but en Premier League.

Hazard et Diego Costa de retour au top

Conte a aujourd’hui trouvé une formule qui marche, dans laquelle Chelsea s’épanouit défensivement mais aussi offensivement. La démonstration contre Everton samedi après-midi (5-0) l’a prouvé. Chaque joueur sait exactement ce qu’il a à faire et le trio offensif Hazard-Diego Costa-Pedro se régale. « J’ai un peu plus de liberté, avec et sans le ballon. Je n’ai pas besoin de défendre contre le latéral droit parce que Marcos Alonso est juste derrière moi. Je me concentre juste sur le fait de rester à ma position. Quand j’ai le ballon, j’ai plus de liberté et je peux aller où je veux aller, et être décisif », raconte Hazard dans Het Laatste Nieuws.

Le retour en grande forme d’Eden Hazard est l’un des atouts supplémentaires des Blues. Visiblement fatigué de la gestion de José Mourinho, le Belge est totalement épanoui avec Conte sur le banc, et prend plus de responsabilités. « Les gens me disaient que je ne tirais pas assez au but. Je pense que désormais je prends plus ma chance. Si tu ne tires pas, tu ne peux pas marquer. Je veux être le meilleur. J’essaie d’atteindre ce niveau. Je joue actuellement de la même manière que lorsque j’étais enfant. » Ses statistiques le prouvent : Hazard vient de marquer 7 buts lors de ses 7 dernières rencontres (club et sélection compris), et tire bien plus souvent que les années précédentes. Diego Costa est lui aussi de retour au sommet, notamment du classement des buteurs, avec 9 réalisations.

Combien de temps cette embellie va-t-elle durer ? On a pu constater avec le Manchester City de Pep Guardiola (désormais 3e, 1 seule victoire lors des 5 derniers matches de championnat,) que l’état de grâce pouvait prendre vite fin en Angleterre. Au retour de la trêve internationale, Chelsea se déplacera à Middlesbrough avant de défier successivement Tottenham puis Manchester City. Conte sait que c’est face à ses adversaires directs qu’il faut marquer les esprits. Et après avoir étrillé Manchester United 4-0, il possède désormais une solide référence.