Euro 2016, finale Portugal-France : les dix raisons pour lesquelles les Bleus vont gagner

L’équipe de France a l’occasion de remporter un troisième titre européen en cas de victoire en finale de l’Euro 2016 face au Portugal ce dimanche (21h). Vous en doutez ? Pourtant, voilà dix bonnes raisons de croire en une victoire des Bleus.

1- Parce que les Portugais sont encore plus fatigués que les Bleus

Ok, les Bleus ont joué leur demi-finale jeudi et ont donc eu un jour de moins que les Portugais pour récupérer. Mais croire que les hommes de Fernando Santos seront plus frais est faux. En huitièmes puis en quarts, face à la Croatie (1-0) et la Pologne (1-1, 5 tab 3), ils sont passés par la prolongation et ont donc une heure de jeu en plus dans les jambes. Et ça, croyez-nous, ils le paieront.

2- Parce qu’on gagne toujours à domicile

A la maison, la France gagne toujours. Ou presque toujours. Mais franchement, qui se souvient du championnat d’Europe 1960, disputé par seulement quatre équipes ? A l’Euro 1984 et la Coupe du monde 1998 (des vrais compétitions là), les Bleus de Michel Platini puis Zinedine Zidane avaient soulevé le trophée devant leur public. Jamais deux sans trois.

3- Parce que Deschamps

Oui, on vous a déjà fait le coup avant la demie contre l’Allemagne (2-0). Mais ça avait encore marché, avec un penalty inespéré (mais justifié) et une nouvelle blessure côté allemand (Jérôme Boateng). Deschamps a la baraka, on vous dit ! C’est écrit, le premier joueur français à avoir soulevé la Coupe du monde est né pour gagner. Son destin est tout tracé. Le résultat de cette finale aussi.

4- Parce que Griezmann’s on fire

Franchement, c’était cool cette chanson avec Will Grigg, mais elle n’avait aucun sens. Le vrai joueur « on fire » de cet Euro, c’est Antoine Griezmann. Un but dans les arrêts de jeu contre l’Albanie, deux en huitièmes contre l’Irlande, un autre pour la route contre l’Islande et un doublé pour sortir l’Allemagne en demie, notre « Grizi » national totalise six buts en six matchs dans cet Euro. Personne n’a fait mieux. Surtout pas Will Grigg.

5- Parce que Ronaldo est maudit

Son palmarès est aussi épais que le bottin de Saint-Denis. Du moins en club. Car Ronaldo peut montrer ses abdos autant qu’il le veut, son armoire à trophées internationaux est moins remplie que celle de Frédéric Née (ah, cette Coupe des Confédérations 2001…). Ronaldo et le Portugal, c’est comme Johan Cruyff et les Pays-Bas, une histoire d’amour qui ne s’est pas concrétisée par un titre. Et ce n’est pas ce dimanche que ça va changer.

6- Parce qu’on a enfin trouvé une défense

Debuchy, Sakho, Varane, Mathieu. Une défense qui aurait eu de « la gueule ». Pourtant, Didier Deschamps a dû se passer de ces quatre joueurs pour l’Euro 2016. Et au début, cela s’est vu. L’arrière-garde tricolore a souvent été mise à mal en début de tournoi et lors des deux premiers matchs à élimination directe. Mais face à l’Allemagne, les Bleus n’ont pas encaissé de but. Devant un Hugo Lloris en lévitation, la charnière Koscielny-Umtiti a montré qu’elle tenait la route. Il était temps de trouver la bonne formule.

7- Parce qu’on bat toujours le Portugal

8 mars 1978. La date du décret portant sur la fixation du tarif des notaires, on ne vous apprend rien. Mais aussi celle de la dernière victoire du Portugal face à l’équipe de France (2-0 à Colombes). Depuis, les Bleus ont croisé dix fois la route des Portugais. Pour un bilan de dix victoires, dont la dernière en septembre 2015 à Lisbonne (1-0). Jamais dix sans onze ?

8- Parce que ça ferait du bien à tout un pays

Les attentats, les conflits sociaux, les inondations… Ces derniers mois ont été éprouvants pour les Français. S’il n’efface rien, le bon parcours des Bleus à l’Euro 2016 est donc une bouffée d’air frais en ce début d’été. « Le fait de répondre présent nous donne un peu plus de fierté, avoue Hugo Lloris. Sentir cette joie partagée entre joueurs et public renforce nos liens. Les Français ont eu besoin de s’évader à travers cette compétition. Le sport a cette fore de rassembler. » Un sentiment partagé au plus haut sommet de l’Etat, puisque François Hollande a déclaré qu’une victoire aurait une « bonne incidence » sur le moral des Français.

9- Parce que gagner un Euro avec Eder, c’est quand même moche

Vous vous rappelez quand, en 1998, tout le monde se moquait de Stéphane Guivarc’h, un homme qui venait de claquer 47 pions dans la saison et qui avait terminé meilleur buteur de la Coupe de l’UEFA devant un certain Ronaldo (le vrai, celui de l’Inter Milan) ? Ce joueur, le Portugal aimerait beaucoup l’avoir. Car le seul avant-centre de métier de leur effectif est Eder. On parle là d’un joueur qui a mis six buts en championnat cette saison. Même Guivarc’h en rigole.

10- Parce ce que, pour une fois, le Stade de France va vibrer

Le Stade de France n’est pas l’enceinte la plus chaude du pays. L’ambiance mise par les Marseillais au Vélodrome lors de la demie face à l’Allemagne l’a rappelé. Mais là, c’est une finale face au Portugal (qui sera aussi énormément soutenu) et les supporters français vont se mettre à la hauteur de l’évènement, comme ils l’avaient face lors du barrage retour pour la Coupe du monde 2014 face à l’Ukraine (3-0). De toute façon, vu le prix des places, il y a plutôt intérêt.

LAISSER UN COMMENTAIRE